PETITS ET GRANDS

COMMENT PARTAGER L'ESPACE ?

La famille s'agrandit. Votre lieu de vie rĂ©trĂ©cit. C'est mathĂ©matique. Entre votre ado qui prend la salle de bain pour un institut de beautĂ©, bĂ©bĂ© qui a besoin d'un coin sieste au calme et papa qui exerce en tĂ©lĂ©travail, c'est sĂ»r, amĂ©nager votre intĂ©rieur relĂšve plus du casse-tĂȘte que de l'Ă©mission de dĂ©co. Comment faire de votre habitation un « home sweet home » pour toute la famille ?

Comment partager l'espace des petits et des grands

1. Le salon : un territoire trÚs convoité

SOMMAIRE :

1. Le salon : un territoire très convoité

2. La chambre de l’enfant : son jardin secret

3. La chambre des parents : votre temple

4. La salle de jeux : le royaume des enfants

5. Conseils pratiques pour cohabiter avec les enfants

Le salon (ou « pièce de vie ») est le lieu où toute la famille cohabite. Or, quand les adultes ont envie de regarder un film au calme, que l'aîné doit faire ses devoirs et que le cadet est lancé dans un jeu vidéo, on peut très vite s'y sentir inconfortable. Que vous viviez en appartement dans le centre-ville de Montreux ou dans un chalet en pleine montagne valaisanne, ces astuces d'aménagement d'intérieur devraient vous aider.

Un peu de structure

Sans nécessairement faire installer du fil barbelé une cloison « en dur » en plein milieu du salon, pourquoi ne pas structurer l'espace en zones calmes / zones d'action ? Un tapis de jeu qui centralise les circuits de voiture, un rideau ou des panneaux japonais qui s'ouvrent et se ferment en fonction des besoins, une bibliothèque basse qui crée une séparation dans la pièce... Ces options permettent de vivre ensemble tout en laissant à chacun une zone personnelle.

Un caisson à jouets

RANGEMENT ? C'est un terme étranger pour la majorité des enfants. Limitez les dégâts en laissant à leur disposition un coffre à jouets qu'ils peuvent vider à l'envi... à la condition expresse qu'ils le remplissent à nouveau une fois leurs jeux terminés. Soyez ferme sur le sujet, au risque de vous laisser déborder : aucune journée ne se terminera sans que les accessoires ne soient « partis faire dodo » dans leur bac. Autre astuce : les paniers nominatifs, un pour chaque membre de la famille, pour déposer votre roman en cours, un tricot inachevé, des magazines. La pièce semblera tout de suite dégagée et chacun pourra retrouver son loisir préféré le moment venu.

 

« Vous avez déjà marché pieds nus sur un Lego ? Voilà pourquoi les caissons à roulettes à glisser sous un meuble se sont vite imposés chez nous. »

 - Vincent, 2 enfants, Martigny -

 

Trouver un terrain d'entente

Le salon, toute la famille y circule, s'y pose. Il faudra donc faire comprendre à votre adolescent que ce n'est pas l'endroit idéal pour répéter ses cours de batterie. Mais vous devrez aussi accepter de ne pas vous y asseoir en permanence avec votre ordinateur portable sur les genoux, au risque de vous couper de vos enfants. Afin que chacun l'identifie comme une « zone commune familiale », organisez des moments où vous discuterez de ce qui vous plaît tous ensemble, où vous partagerez des jeux de société... Évitez aussi de faire du canapé une chasse gardée avec position stratégique pile devant la télé ! Autour de la table basse, quelques moelleux coussins disséminés sur des tapis tout doux deviendront vite the place to sit.

Le parc d'éveil : prison pour bébé ou havre de sérénité ?

Le parc pour enfants a longtemps été utilisé pour contenir les envies d'escapade des explorateurs à 4 pattes. Si l'on peut apprécier son aspect sécuritaire (l'enfant n'y court en principe aucun danger), certains parents regrettent qu'il coupe court à la curiosité des bambins. On peut trouver des compromis avec les parcs semi-ouverts (en ouvrant une barrière ou à l'aide d'une fermeture éclair pour les modèles en tissu) voire même en utilisant une piscine gonflable avec des boudins plus ou moins larges.

Lorsque les enfants convoitent le salon

2. La chambre de l’enfant : son jardin secret

La chambre d'un enfant, c'est son endroit à lui. Ou à eux quand sœurs et frères se partagent l’espace... C'est leur univers et, sous réserve de salubrité publique et respect du mobilier, vous devriez leur accorder un minimum le droit de se l'approprier.

Espace jour et espace nuit

La chambre d'un enfant peut avoir de multiples fonctions. Il y joue, y devient astronaute et (si vous êtes chanceux) il y dort. Afin de faciliter cette transition, il peut être utile de la marquer visuellement. Le lit de votre enfant ne sera donc pas un navire placé au milieu d’un océan de jouets, mais ceux-ci seront plutôt disposés dans des coins séparés. Si vous vous sentez inspirés, vous pouvez même opter pour des murs colorés de différentes manières : une tonalité plus calme dans le coin sommeil et des tons plus vifs dans la zone de jeu, des éclairages différents... Changer d'atmosphère aide aussi à revenir au calme.

C'est sa chambre... pas la vôtre 

Ce n'est pas toujours facile quand l'espace est limité, mais, autant que possible, évitez de laisser traîner vos affaires dans la chambre de votre bambin. Vous n'aimeriez pas qu'il vous rende la pareille, n'est-ce pas ? Alors, si vous voulez éviter de retrouver un petit dinosaure en plastique au milieu de votre lit, ne laissez pas traîner dans la chambre des plus jeunes le linge à repasser, vos factures d'électricité ou votre collection de boules à neige.

 

«Lila a 9 ans, Selma 6 ans. Pas facile de leur aménager un coin à elles dans une chambre de 15 m². Alors plutôt qu'un lit superposé, nous avons opté pour 2 petites mezzanines. Comme ça, elles ont chacune leur « maison » avec en haut le lit, et en bas la zone de jeu et de lecture, avec un bureau pour faire leurs devoirs »

- Chloé, 2 enfants, Bâle -

 

Ce qui est important pour vous

Il vous faudra aussi trouver l'équilibre entre votre sens du rangement et le sien. Il est assez rare qu'ils soient compatibles, reconnaissons-le. Mais quand un enfant a passé un après-midi entier à installer tous ses personnages et leurs accessoires pour recréer un village viking, il n'a pas trop envie de tout défaire le soir venu. Et c'est entièrement compréhensible, c'est aussi de cette manière que les enfants se construisent. Posez juste les limites de ce qui vous heurte trop : non aux restes de pain au chocolat qui moisissent sur le tapis ou aux chaussettes sales qui guettent sous le lit ! Quel que soit l'âge de votre enfant, il applique certainement déjà ces règles à l'école. Pourquoi pas à la maison ?

La chambre n'est pas un lieu de punition

Il est parfois très tentant d'expédier votre adorable démon dans sa chambre pour qu'il arrête de vous hurler dans les oreilles. Rien ne vous en empêche. Après tout, lui aussi pourrait apprécier cet espace de décompression. En revanche, ne présentez pas cette sortie comme une punition. Sa chambre doit rester un endroit serein où il se sent bien, dans votre intérêt comme pour le sien. On évite donc le : 

« Ah tu es méchant ? Et bien, je vais t’emmener dans un antre de l’horreur où tu vas devoir rester enfermé pendant une heure… ta chambre !!! ».

Vous préférerez un :

« Oh là, avec tes pleurs incessants, tu me fais mal à la tête, va dans ta chambre et reviens quand tu es calmé, s’il te plait. »

L'espace de la chambre d'enfant lui appartient

3. La chambre du parent : votre temple

Si la chambre de l'enfant est son espace, la vôtre aussi vous appartient. Vous avez gagné le droit de vous y réfugier, d'y mener des activités interdites aux moins de 18 ans et de n'en autoriser l'accès aux enfants qu'à heure dite.

Un peu d'intimité, que diable !

La vie d'un couple ne se passe pas que dans la chambre. Mais un certain nombre d'événements réservés aux parents s'y déroulent (sexe, discussions sur l'éducation, sexe, débats philosophiques sur le sens de la vie, sexe). En tout état de cause, quelle que soit votre ardeur, vous n'avez pas envie que vos enfants s'en mêlent. Et vous devez faire comprendre à vos bambins qu'une porte fermée doit le rester. Pour respecter la pudeur de chacun, et si vos enfants ont pris l'habitude de se ruer dans votre chambre avant de frapper à la porte, installer un verrou à l'intérieur de votre nid d'amour peut faire partie des solutions.

Lire aussi : Sexualité après accouchement, comment préserver le couple face à l’arrivée des enfants

Chaque chose à sa place

Vos enfants auront nettement moins tendance à traîner dans votre chambre s'ils n'y trouvent rien d'intéressant. Ce n'est pas la place pour leurs jouets, leurs livres ou tout ce dont ils pourraient avoir un besoin urgent. Si le manque de place vous a empêché d'installer un placard dans la zone qui leur est réservée, prenez l'habitude de sortir leurs vêtements la veille au soir et de les mettre à leur disposition. Ils n'auront ainsi plus aucune raison valable de venir vous déranger dans votre sommeil. Peut-être même qu'un jour vous pourrez refaire de grasses matinées... qui sait ?

 

« Après mon divorce, il n'était pas rare que les enfants me rejoignent dans mon lit le matin. Quand j'ai refait ma vie, il a fallu redéfinir les frontières. Au début, c'était un peu difficile, mais ils ont fini par comprendre et maintenant tout se passe très bien.»

- Hortense, 3 enfants, Brigue -

 

Une décoration qui vous appartient

Pas de trace de jus d'orange sur la moquette, pas de billes qui roulent partout, les oreillers sont à leur place... Votre chambre pourrait bien être la seule zone de la maison dans laquelle on ne devine pas au premier coup d'œil que des enfants vivent à proximité. Il serait presque tentant d'en faire un sanctuaire. Sans pousser jusqu'à cette extrémité, adoptez une décoration qui vous ressemble. Par exemple, la reproduction du Baiser de G. Klimt côtoie sans problème photos de mariage ou dessins d'enfants joliment encadrés.

Respecter l'intimité de la chambre des parents

4. La salle de jeux : le royaume des enfants

Tous les enfants rêvent d'une salle de jeux. Certains l'idéalisent même comme l'endroit magique de tous les possibles. Cette pièce reste pourtant pour la plupart un luxe. Mais un luxe accessible avec un peu d'imagination.

Et si ce n'était pas une pièce ?

Disposer d'une salle de jeu, identifiée comme telle, est certes bien pratique. Mais de nombreux endroits de la maison peuvent devenir des espaces réservés au jeu. Un grenier, l'extrémité d'un couloir, un recoin sous un escalier... Il suffit d'une zone que l'enfant s'approprie, parfois même sans que vous l'ayez décidé. Accordez-lui cet espace personnel, qu'il pourra s'approprier en cabane et décorer à sa guise avec de vieux rideaux. Surtout, ne cherchez pas à le transformer pour vous rassurer : c'est souvent l'étrangeté du lieu et son caractère informel qui plaisent justement aux enfants, ces magnifiques êtres sauvages.

Une canalisation confortable

Tout le monde trouvera de nombreux avantages à la salle de jeux. Les enfants apprécieront de s'y retirer à l'abri des regards, sans qu'il leur soit reproché de faire trop de bruit ou de désordre. Les adultes trouveront bien utile de conserver tous les jouets dans une seule pièce, sans qu'ils envahissent le reste de la maison (du moins, en théorie). Et il faut bien reconnaître que cet espace est très apprécié lors des réunions de famille ou entre amis, où il suffit d'envoyer tous les bambins dans un seul endroit pendant que les grands discutent autour d’une coupe de mousseux. Pour autant, il faut que la pièce soit un minimum sécurisée : sans installer nécessairement des tapis partout pour amortir les chocs, on évitera les fils électriques apparents (effet teaser garanti) et les fenêtres d’un deuxième étage qui s'ouvrent sur la rue sans crier gare.

Le revers de la médaille

Méfiez-vous : la salle de jeux n'a pas que des effets positifs sur votre vie de famille. Si l'enfant y est confiné en permanence, vous l'isolerez de vous, au point de ne plus savoir ce qui l'intéresse et ce qui l'inquiète. Vous risquez aussi de n'avoir aucune idée des bêtises qu'il peut être en train de concocter loin de vos regards (d'ailleurs, vous ne trouvez pas que vos enfants sont très silencieux, soudain ?). Et puis, il ne faudrait peut-être pas non plus laisser croire à vos dictateurs en culottes courtes qu'ils ont tous les droits sur LEUR territoire : les restes de repas sur la moquette ne sont toujours pas tolérés, ni le feu de camp avec leurs vieux jouets. La salle de jeux ne doit pas devenir une zone de non-droit, non, mais !

La salle de jeux de vos enfants, un espace aménagé pour eux

5. Conseils pratiques pour cohabiter avec les enfants

Les enfants habitent dans toute la maison. Pas seulement dans quelques pièces bien définies. Vivre avec eux, c'est trouver des astuces pour encadrer leurs expériences sans être tout le temps dans la répression et la surveillance.

Jeux d'imitation

Les petits aiment vous accompagner dans ce que vous faites. C'est leur manière de devenir grand, mais aussi de se rapprocher de vous. Profitez de ces moments de partage, qui construisent aussi votre relation future. La bonne solution peut être d'aménager des espaces à leur taille : une dînette dans la cuisine, un établi dans la salle de bricolage de papa... Ils pourront ainsi vous imiter sans nécessairement vous déranger.

En haut, en bas...

Les enfants ont une manière bien à eux de nous aider à organiser le rangement : ils sont plus petits que nous (en tout cas pour un temps). Par conséquent, il suffit de placer en hauteur ce que vous ne voulez pas qu'ils attrapent. C'est l'occasion de revoir le rangement de vos étagères : en bas, tout ce qui est de leur âge (les DVD de dessins animés, les albums cartonnés,...) et tout en haut, vos films d’épouvante, vos BD sulfureuses et vos livres de collection. C'est ce que l'on appelle partager l'espace. Même si cela n'empêche pas, une fois qu'ils ont atteint l'âge de raison, de leur expliquer le « pourquoi » de cet aménagement.

L'enfant Roi

La manière dont vous aménagez l'espace reflète souvent la place que vous accordez à votre ou à vos enfants dans la famille. Votre salon est-il une plaine de jeux (où les plus jeunes sont rois alors que les adultes doivent s’excuser de respirer) ou un musée de l’art ancien (où les moins de 16 ans ne peuvent rien toucher) ? La réponse devrait être dans le juste milieu entre ces 2 extrêmes. Dans une famille épanouie, chacun doit avoir sa place, du plus petit au plus grand.

Tapis de jeu convertible en sac de rangement

Si vous voulez faire d'une pierre deux coups, ce tapis de jeu pour enfant est convertible en sac de rangement. Fini de jouer ? Allez, on remballe !

Des espaces d’expression

Installez des espaces vivants dans votre maison. Vous pourrez y épingler les œuvres de vos artistes en herbe, vos pense-bêtes utiles, les citations qui vous amusent. Les uns et les autres pourront communiquer : « Bonne journée mon petit chéri, maman revient vers 18h00 aujoud’hui, n’oublie pas ton pique-nique, à ce soir ! ». Si la porte du réfrigérateur peut vite être surchargée, transformez donc une cloison en mur d'expression. Un tableau plat mural prendra moins de place qu’un chevalet. Mais la solution la plus élégante et la plus enthousiasmante ne serait-elle pas la peinture-ardoise ou la peinture magnétique, qui vous permettront d'écrire à la craie directement sur le mur ou d'y afficher librement vos petits mots ?

Tous différents (et heureusement)

Il faut accepter que votre manière de considérer l'espace ne soit pas la même que celle de vos parents / amis / voisins. Certains se sentent sécurisés dans un environnement aseptisé, où l'emplacement de chaque cadre est réglé au millimètre près. D'autres ne seront pas gênés par les pièces de puzzle qui viennent se mélanger à leurs dossiers sur leur bureau. Nous avons tous nos zones d’ordre et de désordre assumés, et ce qui nous agace un jour peut ne plus nous déranger le lendemain. Établissez donc les règles qui sont les vôtres, ce n'est que de cette manière que vous vous sentirez bien.

NE RATEZ AUCUNE OFFRE !