TRANSPORT DE BĂ©BĂ©

LONGS TRAJETS EN VOITURE

Durant ses premiers mois, le nourrisson forge ses postures, dĂ©veloppe sa motricitĂ©, s’habitue au poids de sa tĂȘte – bref, il pousse. Et c’est lĂ  qu’il est le plus fragile. Une position inconfortable, une tĂȘte mal maintenue ou un siĂšge auto mal adaptĂ©, et c’est bĂ©bĂ© qui risque de trinquer. Pour autant, pas besoin d’annoncer Ă  mamie Michelle que vous n’irez pas la voir en vacances cet Ă©tĂ©: il suffit de bien choisir votre siĂšge auto premier Ăąge!

SOMMAIRE:

1. Morphologie, posture et voiture
2. Peut-on faire de longs trajets en voiture avec bébé?
3. À quel moment faut-il passer au siège auto?

Long trajet avec bébé en voiture

Morphologie, posture et voiture

Une fois qu’il a quitté le ventre de maman, bébé évolue rapidement. Durant le seul premier trimestre, il apprend (progressivement) à stabiliser son corps et à s’orienter. Sa tête, en particulier, lui cause quelques soucis: elle représente jusqu’à 30 % de son poids total, et contrôler cette charge n’est pas simple. Transposer à son propre poids peut emmener à ressentir une certaine empathie pour ces petites choses ;)

Pour s’aider, le nourrisson se sert de ses bras comme leviers et mobilise les muscles des épaules et du cou. Quant à sa colonne vertébrale, son tonus n’est acquis qu’autour du sixième mois. Complètement arrondie à la naissance, la colonne se redresse petit à petit pour tenir la tête de bébé et lui permettre de s’asseoir, puis de se tenir debout tout seul (au bout de 6 mois ou 1 an).

trajet en voiture, attention au dos de bébé

La position naturelle de bébé – le dos arrondi – est donc sa posture physiologique favorite. Elle contribue à protéger les disques intervertébraux, encore mous et fragiles. Et elle sécurise la moelle épinière au niveau de la nuque. Il est donc important de veiller à ce que la tête du nourrisson soit maintenue dans le prolongement de la colonne, en évitant tout mouvement brusque.

Bien sûr, cette posture physiologique, il est essentiel que bébé la garde quand vous le transportez en voiture. Pas question de laisser sa tête bouger n’importe comment, ou sa colonne vertébrale faire ses siennes! Et parce qu’à cet âge-là, il est exclu d’utiliser un siège auto « de grand » (la position assise n’étant pas recommandée en raison d’une musculature encore sous-développée), c’est vers la coque ou la nacelle que vous devez vous diriger.

Siège-auto i-Level de Joie avec 3 positions d'inclinaison - Joie

Un siège-auto qui offre des positions inclinées, c'est l'idéal pour les longs trajets avec bébé.

Coque et nacelle: les premiers sièges auto de bébé

Les coques et les nacelles sont les premiers sièges auto du nourrisson. Elles s’installent de la même manière dans le véhicule: directement sur la banquette arrière à l’aide d’une ceinture de sécurité, ou en tirant partie du système Isofix. Toutes deux sont généralement prévues pour être fixées sur la poussette, ce qui permet de les déplacer (de la poussette à la voiture et inversement) sans réveiller bébé – c’est le « travel system ». Elles diffèrent toutefois par la position qu’elles font prendre au nourrisson:

  • La coque le maintient dans une posture semi-assise, protégé par un harnais, dos à la route.
  • La nacelle est comme un lit portatif installé à l’horizontale, sur deux sièges de la banquette arrière. Bébé y est allongé, attaché à l’aide d’un bandeau de maintien intégré. La nacelle est d’abord un lit d’appoint: pour servir de siège auto, elle doit être homologuée comme tel.

Coque ou nacelle, c’est l’indispensable équipement pour garantir le confort et la sécurité de bébé pendant les premiers trajets en voiture. Mais toutes deux n’offrent pas les mêmes qualités pour de longs trajets!

Isofix: késako?

Avant, on attachait coque, nacelle et siège auto en bouclant la ceinture de sécurité, en une gymnastique disgracieuse – qui n’a jamais vu des parents, jambes sens dessus dessous, en train d’essayer de glisser l’attache dans le boîtier jusqu’au fameux « clic » libérateur? Mais ça, c’était avant. Depuis les années 90, le système Isofix (qui découle de la norme ISO d’ancrage des sièges pour enfants) permet de fixer directement le siège sur le châssis du véhicule grâce à des attaches spécifiques. La plupart des voitures sont désormais équipées du système Isofix. Ce système est l’un des axes de l’homologation « I-Size » instaurée en 2013, rendant systématique l’installation de bébé dos à la route jusqu’à l’âge de 15 mois.

Peut-on faire de longs trajets en voiture avec bébé?

En matière de longueur de trajet, les avis divergent. Certains vous diront qu’il ne faut SURTOUT pas dépasser deux heures d’affilée sur la route. D’autres que vous pouvez faire Paris – Moscou d’une traite, sans même vous arrêter pour un biberon.

En l’occurrence, la modération est la meilleure posture. Quelle que soit la longueur du trajet que vous prévoyez de faire, il est important de prendre des pauses régulières: les vertèbres de bébé ont besoin de mouvement pour ne pas être trop comprimées. Il doit littéralement se dégourdir la colonne de temps en temps. Mais, à condition de respecter cette règle, vous pouvez faire de longs trajets en voiture. Quant à la soi-disant limite des deux heures, elle ne veut pas dire grand-chose. Si l’enfant dort paisiblement, pas besoin de le réveiller pour un peu d’exercice: laissez-le dans les bras de Morphée un peu plus longtemps.

La vraie question, donc, ce n’est pas de savoir s’il est possible d’emmener bébé au bout du monde avec vous, malgré les cahots de la route. C’est de savoir quelle solution (coque ou nacelle) est la meilleure pour garantir son confort et sa sécurité durant les longs trajets.

La nacelle: confort optimal mais sécurité moindre

Demandez aux mamans, elles vous diront (presque) toutes la même chose: en termes de confort, rien ne vaut la nacelle. Pas pour elles: pour bébé! Celui-ci est paisiblement allongé et peut dormir tout son soûl pendant que vous jouez à « devine à qui je pense » sur l’autoroute des vacances. Les yeux ouverts, il peut laisser libre cours à sa curiosité et observer ce qui se passe autour de lui. C’est donc LA solution en termes de confort et de bien-être. D’autant que la nacelle est super simple à installer.

Le (gros) hic, c’est la sécurité. Idéale pour les petites distances parcourues à faible allure, la nacelle devient problématique lors des longs trajets. En raison d’un mauvais maintien du bébé, surtout de sa tête (ce qui n’est pas bon pour la nuque). Tant qu’il n’y a pas de problème sur la route, tout va bien. Mais dans l’éventualité d’un accident (même léger), l’attache très relâchée risque de propulser bébé hors de la nacelle. Ce qui, vous en conviendrez, n’assure pas un niveau de sécurité optimal. Seuls quelques modèles de nacelles dotées de harnais de sécurité en 3 points obtiennent des résultats corrects dans les crash-tests. D’ailleurs, dans plusieurs pays d’Europe, les nacelles sont tout simplement prohibées en voiture.

La coque: sécurité au top et posture idéale

Comme son nom l’indique, la coque fonctionne comme un cocon qui assure un maintien ferme du bébé. Doté de plusieurs points d’attache (trois ou cinq), le harnais adhère pile poil au corps de l’enfant qui s’en trouve parfaitement protégé en cas de freinage brusque – ou pire. La tête est maintenue dans l’axe de la colonne et la nuque ne risque rien. On parle aussi de « cosy » parce que la coque offre la meilleure position possible pour le bébé, c’est-à-dire semi-allongée: le corps légèrement incliné, la colonne vertébrale et les membres détendus. Comme dans le ventre de maman, en somme.

En outre, la position « dos à la route » est optimale pour protéger le cou de bébé en cas de collision. C’est la façon la plus sûre de voyager. Et si vous regrettez de ne pas voir le visage de votre bout d’chou pendant les longues heures de route, il existe un système de miroirs qui se fixent à l’arrière du cosy.

Alors, bien sûr, la coque n’a pas que des avantages. Notamment parce qu’elle contraint le nourrisson à conserver la même position durant tout le trajet, ce qui ne simplifie pas les choses quand il s’agit de dormir. Néanmoins, elle est plus sûre que la nacelle et assure une meilleure posture, ce qui en fait l’option idéale pour les longs voyages.

La coque inclinable: le meilleur des deux options

Reste une solution: opter pour une coque inclinable, qui cumule le meilleur du cosy et de la nacelle. Répondant aux spécifications de la norme « I-Size » (dont l’attache façon système Isofix), cette coque peut être inclinée de façon à offrir plusieurs positions pour bébé, entre semi-assisse et allongée. Ce qui permet de garantir un maximum de confort en voiture. La coque i-Level de Joie, notamment, s’incline jusqu’à 157° pour devenir un vrai petit lit d’appoint! Avec, en outre, une sécurité renforcée pour mieux résister aux chocs latéraux, ainsi que dix positions pour les fixations Isofix afin de trouver la meilleure attache sur la banquette.

Siège-auto i-Level Joie avec sa base Isofix I-Size 4 étoiles TCS - Joie

Le siège-auto i-level de Joie (4 étoiles au crash-test du TCS) offre 3 positions d'inclinaison dont la plus allongée à 157°. Confort optimal pour des déplacements relax!

À quel moment faut-il passer au siège auto?

La coque, c’est très bien pendant un temps. Mais, au bout d’un moment, il faut envisager de passer la vitesse supérieure et d’investir dans un siège auto. Le cosy peut accueillir votre bout d’chou jusqu’à un certain poids et une certaine taille, en général 13 kg et 105 cm (entre 12 et 20 mois selon sa morphologie).

Toutefois, pas question de précipiter le passage de l’un à l’autre. Même si vous êtes pressés de positionner bébé face à la route, seuls trois critères permettent de savoir qu’il est temps d’opter pour le siège auto:

  1. Si le poids maximal autorisé par la coque est atteint, soit 13 kg;
  2. Si la tête de bébé dépasse de la coque, au-delà de 105 cm, ce qui veut dire qu’elle n’est plus aussi bien protégée en cas de choc;
  3. Si ses épaules dépassent franchement du harnais de sécurité, ce qui implique qu’il n’est plus suffisamment bien maintenu.

Quel siège auto choisir?

Une fois le moment venu de passer au siège auto, il faut encore faire le bon choix. Pour cela, vous devez prendre en compte l’âge, le poids et la taille de bébé. Les sièges auto sont répartis en quatre groupes adaptés à la morphologie de l’enfant à une période donnée de sa croissance:

  • Groupe 0+ (de la naissance à 13 kg / 12 mois, à l’égal d’une coque).
  • Groupe 1 (de 9 kg / 9 mois à 18 kg / environ 4 ans).
  • Groupe 2/3 (de 15 kg /environ 2 ans à 36 kg / environ 10 ans).
  • Groupe 3 (de 25 kg / environ 7 ans à 36 kg /environ 10 ans).

Votre enfant pourra se passer complètement de siège auto lorsqu’il aura atteint 10 ans ou la taille minimale (1,35 m) indiquée pour utiliser la ceinture de sécurité. Et si vous préférez investir tout de suite dans un équipement longue durée, sachez que certains sièges, dits « évolutifs », couvrent plusieurs âges et poids.

N’oubliez pas qu’il est essentiel de toujours privilégier la sécurité de l’enfant en voiture, depuis l’instant où il quitte la maternité jusqu’à ce qu’il puisse boucler sa ceinture. Coque, nacelle ou siège auto, choisissez systématiquement la solution la mieux adaptée!

Besoin d'aide pour choisir un siège-auto?
Consultez nos dossiers:
Comment choisir un siège-auto?
La norme i-size, qu'est-ce que c'est?

 

NE RATEZ AUCUNE OFFRE !